Friday, June 24, 2005

The afterlife of Tristan Egolf...

NOTES AND QUOTES & COLUMNS... (below) [fine print]

The Evans -- Warren Evans, Tristan's grandfather on his father's side, and his wife Frances --- are still very close with Siegfried, Tristan's half-brother from his father's liaison with artist Amber Faith. [SEE ALEX BEAM column scroll down botton of page.]

This must be stressed : when a parent commits suicide, regardless of mental impairment, it is devastating for the surviving children. A curse. Take divorce trauma and amplify it to the 9th power. There is unfinished business for the entire life. Blame is cast wildly about....and no one ever wins.

[to quote one of Brad Evan's favourite lines: "What does not kill us makes us stronger."]


''Heroes Cry Too; a WWII Ranger Tells His Story of Love and War''

author : Warren Evans,
Warren "Bing" Evans, grandfather of Tristan Egolf, father of Brad Evans, Tristan's natural father, divorced



"There really is a very interesting only-in-America backstory about Tristan Egolf's life and suicide, it now turns out after reviewing material on theInternet, from Google searches to Yahoo windows, and even though theAmerican media has still not reported much on this after he killed himself earlier in the year, [May 7, 2005], here is some more information.

This is all meant as a healing.

According to Internet searches, Tristan Egolf
was the biological son of the writer and journalist Brad Evans, and his paternal grandfather is a man named Warren "Bing" Evans...of WWII 'Darby's Rangers.

he is still alive.

Earlier reports mentioned that Tristan's natural father was a journalist in Europe when Tristan was born there, in Spain in fact. his name, never before mentioned in the US media, was Brad Evans. He was also a writer, dreamer, larger than life man!

Brad Evans tragically committed suicide himself, in 1987........

Brad Evans was a brilliant writer (Norman Mailer is said to have once sent him a fan letter aboutEvans' published shortstories in print somewhere), or that....he\r\nalso worked as a rovingpolitical campaign managerand newspaper commentary\r\nwriter forsome ultra-right-wing operatives, so much so that he incurred the\r\nwrathof some West Coast liberals and progressives.According to Internet sources,\r\nTristan\'s father Mr. Brad Evans was abrawny 6\'6" blond, bearded Viking/Hemingwayesque macho man (think running with the bulls in Pamplona, and stuff like that, all true, they say), and he was also an international traveller adventurer (including rebuilding post-earthquake villages in Guatemala as a volunteer with Catholic charities).

Brad Evans once personally met with PLO leader YassirArafat during the early 1980s in Beirut, perhaps for a news story.


found this on the Internet today. It seems to add some info to thecontinuing story of Tristan Egolf.


"There really is a very interesting only-in-America backstory aboutTristan Egolf'slife and suicide, it now turns out after reviewing material on theInternet, from Google searches to Yahoo windows, and even though theAmerican media hasstill not reported much on this after he killed himself earlier in theyear, [May 7, 2005], here is some more information. This is allmeant as a healing.According to Internet searches, Tristan Egolf was the biological son of thewriter and journalistBrad Evans, and his paternal grandfather is a man named Warren "Bing"Evans...of WWII''Darby's Rangers''. He is still alive.Earlier reports mentioned that Tristan's naturalfather was a journalist in Europe when Tristian was born there, inSpain in fact.Brad Evans tragically committed suicide himself, in 1987........Brad Evans was also a brilliantwriter (Norman Mailer is said to have once sent him a fan letter aboutEvans' published shortstories in print somewhere), or that....he also worked as a rovingpolitical campaign managerand newspaper commentary writer forsome ultra-right-wing operatives, so much so that he incurred the wrathof some West Coast liberals and progressives.According to Internet sources, Tristan's father Mr. Brad Evans was abrawny 6'6" blond, bearded Viking/Hemingwayesque macho man (thinkrunningwith the bulls in Pamplona, and stuff like that, all true, they say), and he wasalso an international traveller adventurer (includingrebuilding post-earthquake villages in Guatemala as a volunteer with Catholiccharities). Brad Evans once personally met with PLO leader YassirArafat during the early 1980sin Beirut, perhaps for a news story.

Tristan's ''godfather '' when he was born was none other than Catholic activist L. Brent Bozell and Patricia Buckley Bozell, sister of William F. Buckley, the famous conservative writer and publisher of The National Review, a rightwing monthly magazine -- Brad Evans was once a good friend of William F. Buckley and his set.

In addition, according to Internet websites, "California" magazine published two articles about Brad Evans' flamboyant, gifted life andpersonal style during the early-mid-1980s, when he was working as a campaign manager for ultra-rightwing Senator John Schmitz of Orange County.

Richard Trainor was the reporter who covered Evans, and the pieces he wrote were high drama, indeed. In fact, they were eerily prognosticative, one might say, upon reading them now.

Both father and son were apparently sufferers of depression, and this was never explained in the media before. Of course, like all people, fans everywhere were saddened by Tristan's gruesome choice ofexit-strategies. May he rest in eternal peace, and may there be closure all around, among Tristan's many fans and readers, among his publishers both in Europe and in the USA, and among literary critics and reviewers around the world.

And, of course, for his surviving family members, mother, stepfather, sister, daughter Orly, Orly's mom Karla, half-brother, daughter Sashka in France, grandparents, all...... There is no doubt that Tristan Egolf was loved by many."


I found this info interesting. Maybe the national media will pick up on it.

For a critical literary biogrpahy someday....

A tragic, and familial, ending

By Alex Beam, Boston Globe Columnist June 30, 2005

The recent death of 33-year-old Tristan Egolf, a novelist cursed with promise at an early age, has given rise to a literary detective story. Obituaries published last month failed to name Egolf's birth father, Brad Evans, a flamboyant writer, political activist, and right-wing adventurer who shared many of his son's gifts and demons -- and who, like his son, died by his own hand.

Egolf's brief life story reads like a fairy tale. A punk rocker turned street busker in Paris, he struck up an acquaintance with the daughter of Patrick Modiano, a prominent French author and screenwriter (''Lacombe Lucien"). Modiano helped publish Egolf's first novel, ''Lord of the Barnyard," in France. Subsequently published in Britain and the United States, ''Barnyard" received gushing reviews. Le Monde likened Egolf to Mark Twain, J.P. Donleavy, and Cormac McCarthy. The French daily and the Times of London both compared Egolf -- presciently, it turned out -- to John Kennedy Toole, the talented New Orleans novelist who killed himself at age 32.
Outside his writing, Egolf achieved some renown as a political agitator. In July 2004, Egolf and a group of friends -- the ''Smoketown Six" -- were arrested in Lancaster, Pa., for stripping down to thong underwear and piling on top of one another during a visit by President Bush, to protest the treatment of prisoners at the Abu Ghraib prison. Also last year, he organized an anti-Columbus Day rally and burned President Bush in effigy. You can hear Egolf discuss his protests on his multimedia website,

The trajectory of Egolf's life eerily parallels that of his birth father, Evans, who was divorced from Egolf's mother, Paula, when Tristan was a little boy. (Tristan was adopted by his stepfather, Gary Egolf.) Evans was a University of Louisville football star who worked on riverboats and at a small newspaper in Kentucky before drifting into the ambit of William F. Buckley's National Review magazine. Buckley's sister Patricia and her husband, L. Brent Bozell Jr., were Tristan's godparents.
Moving further to the right in a society that was tilting leftward, Evans became a speechwriter for right-wing politicians and a publicist/activist for extreme-right fringe groups such as Bozell's militantly prolife Sons of Thunder, which had declared ''a state of war" between the Catholic Church and the US government. At the end of his life, Evans claimed to have been engaging in paramilitary operations in Central America, according to his father, Warren Evans, and Amber Faith, the mother of Brad Evans's third child. All of his children -- Tristan, Gretchen, and Siegfried -- were named after characters from Wagner operas. ''He was very Wagnerian," says Faith, who lived with Evans for six years.

''Brad was approached constantly by these soldier-of-fortune types -- they really freaked me out," says Faith, who ended her relationship with Evans shortly before his death from a drug overdose in 1987. ''He died under questionable circumstances," says his father. ''It was called suicide."

To what extent, if any, was Tristan Egolf's swashbuckling literary and political lifestyle influenced by his father? The two met only a few times before Evans's death, although Tristan later developed a close relationship with his Evans grandparents, living on a farm near them in Indiana a few years ago. ''I had the feeling that Tristan had a crush on Brad," says his godmother, Patricia Bozell. ''Brad was this wonderful, Errol Flynn-like guy. Can you imagine being his son?" ''He remembered his dad very well and rather idolized him," Warren Evans says. ''They were a fascinating and, for a grandfather, a sometimes heartbreaking story."

Why was Brad Evans purged from his son's obituaries? ''I'm speculating, but I think Paula didn't want to share her grief with us," Warren Evans says. ''I know the family has been extremely tight-lipped about Tristan's father," says Judy Hottensen, publicity director at Egolf's publisher, Grove/Atlantic.


Tristan Egolf's third novel, ''Kornwolf," will be published [posthumously] in January.

Alex Beam is a Globe columnist. His email address is
Le Monde, Paris, samedi 2 juillet 2005

Tristan Egolf, itinéraire d'un écrivain-météore

Paris, octobre 1994. Un jeune Américain pose son sac sur le pont des Arts. Il a 22 ans, une drôle de bouille d'enfant hirsute, avec une ride en forme de Y sur le front, et chante à la guitare des vieux tubes de Bob Dylan. Il fait froid. Une jeune fille timide passe sur le pont, entre Louvre et Académie française.

Paris, octobre 1998. Un Américain répondant au nom étrange de Tristan Egolf fait une entrée tonitruante sur la scène littéraire internationale. Gallimard a publié son énorme premier roman, Le Seigneur des porcheries. Il sera traduit en plusieurs langues. La critique crie au génie. Evoque Faulkner, Steinbeck, Malcolm Lowry.Lancaster (Pennsylvanie, USA), mai 2005. Des gazettes locales annoncent la mort de Tristan Egolf, jeune écrivain de 33 ans. Le jeune homme du pont des Arts était retourné vivre dans sa ville natale. Samedi 7 mai, il s'est tiré une balle dans la tête. Son Seigneur des porcheries , roman inouï, visionnaire et apocalyptique, portait ce sous-titre bizarre : "Le temps venu de tuer le veau gras et d'armer les justes". Une légende commence.Sur le pont des Arts, en ce jour d'octobre 1994, le "crooner" a froid aux pieds. "I played blues with blue ankles" (je jouais du blues avec des chevilles bleues), dira- t-il. La jeune fille timide qui passe par là s'appelle Marie. Marie Modiano, fille de l'écrivain éponyme. Elle écrit des poèmes, ne sait pas encore qu'elle deviendra chanteuse et écoute ce garçon grave et enthousiaste lui parler en anglais de Céline et de Rabelais, qu'il dévore.Marie a 16 ans, lui dit qu'elle en a 21. Il veut bien la croire, et de toute façon ça n'a pas d'importance, leur histoire est commencée. Elle l'amène chez ses parents, lui qui n'a que sa guitare et son baluchon. Ils l'aiment aussitôt, l'adoptent. "Peut-être que je ne jouais pas mon rôle de père, se souvient Patrick Modiano, mais je trouvais ça normal qu'il habite avec Marie. En fait, c'était évident." Le matin, Marie va au lycée avec son cartable. Et Tristan écrit.Il écrit le jour, la nuit. Des centaines de pages manuscrites, raturées, fignolées à l'obsession. Il en teste les effets sur James et Shelly, un couple d'artistes, ses meilleurs amis. Tristan a connu James dans une université de Philadelphie, juste avant de terminer une année de philosophie et d'intégrer un groupe de musique punk. Puis James a rencontré Shelly. Ils s'installent à Paris, Tristan n'a pas de domicile fixe, eux si. "Il vivait chez nous, raconte Shelly. On était scotchés tous les trois comme des orphelins, on se prenait pour Scott et Zelda Fitzgerald, Tristan était Hemingway. On n'avait pas d'argent, et la vie était belle. Avec Tristan, tout était une évidence." Avec eux, il expérimente des phrases, des mots qu'il a l'étrange talent de faire siens en les chargeant de sens, des anecdotes qu'il absorbera dans son roman. "Dans la rue, il faisait le clown juste pour nous rendre heureux , poursuit Shelly. Des choses toujours extravagantes et drôles. Il pouvait faire exprès de s'étaler avec ses valises dans un aéroport ou venir à notre mariage, en plein mois d'août, couvert d'un manteau de laine. Irrésistible." L'arrivée de Marie ne casse pas le trio, elle s'y ajoute très simplement. Le soir, pour un peu d'argent, Tristan chante dans des cafés.Un soir d'hiver 1995, Patrick Modiano entre dans la chambre de l'hôte pour y fermer une fenêtre. "J'ai été un peu indiscret , confesse-t-il. Il y avait sur la table une masse de feuilles hallucinante. Rien qu'à voir le manuscrit, j'ai eu une intuition." Modiano comprend mal l'anglais mais ne résiste pas à la tentation de s'attarder sur cette écriture microscopique avec ses mots serrés, ses ratures et ses rajouts. Il pense aux manuscrits du Suisse alémanique Robert Walser. "C'est horrible à dire , raconte-t-il, mais je n'avais pas besoin de lire son roman. Je savais. Peut-être parce que je suis du métier ? Rien qu'en voyant cette masse, et ce type qui passait ses journées à écrire... c'est difficile à expliquer. Ça m'a semblé bizarre que ce type de 23 ans, à la fin du XXe siècle, écrive encore à la main avec des ratures." En 1996, Tristan Egolf tente sa chance auprès d'éditeurs américains. La plupart exigent un "résumé" du roman avant de lire le manuscrit. Dans la famille Modiano, on s'amuse beaucoup de cette histoire de résumé. "A table, raconte Patrick, on jouait à faire des résumés de romans. Ça ne tient pas debout. On essayait avec l 'Ulysse de Joyce. Ou avec Proust : 'Un enfant a de la peine à s'endormir parce que sa mère ne vient pas le voir'." Tristan envoie des résumés à une trentaine d'éditeurs, reçoit une trentaine de refus.L'été de la même année, il emmène Marie à Lancaster, sur les lieux de son adolescence. Il y a là sa mère, son beau-père et sa sœur Gretchen, une actrice qu'ils iront voir jouer un soir dans un théâtre du Massachusetts. Ensemble ils visitent le Middle West, l'Indiana, le Minnesota, le Dakota. Cette Amérique des profondeurs, fascinante et haïe. La terre d'inspiration de Tristan Egolf où il avait passé sa jeunesse à glaner des notes, décortiquant la société, accumulant les métiers, plongeur, projectionniste, épicier, promeneur de chiens, employé d'une usine de couches, puis dans une autre qui fabriquait des croix de Jésus.Né en Espagne, d'une mère artiste peintre et d'un père journaliste, tous deux très européanophiles, Tristan a 15 ans quand son père se suicide. "C'était un type de ma génération qui a vécu toutes les choses un peu chaotiques des années 1960, cette poussée de vitalité et le mal de vivre , confie Modiano. Il a eu un destin flamboyant à la mesure de ces années-là. Sa mère, je l'ai entrevue lorsqu'elle est passée à Paris. Elle était gentille et dépassée par ce fils un peu exceptionnel. Pas facile d'être la mère de Malcolm Lowry." En septembre 1996, Tristan et Marie s'installent à Londres. Elle suit des cours d'art dramatique, il termine son roman. "Je l'ai vu très angoissé, raconte Marie. Il souffrait. Plus il avançait vers la fin de l'écriture, plus c'était dur. Il ne savait pas s'il serait publié, ce qui était pour lui la chose la plus importante." Il termine son livre début 1997. Le couple se sépare pour prendre un peu d'air.A Paris, la mère de Marie, Dominique, s'aventure dans le manuscrit. Soir après soir, un dictionnaire d'argot américain à lamain, elle s'enfonce dans cet anglais dense, volcanique, à la fois sombre et burlesque, grossier et sublime.Un narrateur commence par raconter à la première personne du pluriel l'histoire qui va suivre : l'enfer d'une Amérique profonde, la "cornbelt" (région céréalière), où l'hystérie des méthodistes se répand sur une faune de petits Blancs alcooliques, violents, ignares, plus ou moins dégénérés.
On comprendra plus tard que le mystérieux narrateur, en fait, est un groupe d'éboueurs. John Kaltenbrunner, le héros dont ils témoignent dix ans après sa mort, a été banni de sa petite ville lisse, y est revenu comme éboueur après avoir dégringolé l'échelle sociale et a déclenché une "crise" qui a révolutionné la vie de ses camarades et après laquelle la petite ville sombrera, ensevelie sous ses propres ordures. John mourra finalement en antéchrist, dans un gigantesque chaos au terme d'une chasse à l'homme. Il restera aux éboueurs ­ - les "justes", les apôtres - ­ à raconter son "évangile". Le tout à coups de personnages épiques et de scènes d'anthologie, d'un banal match de basket à l'enfer d'une usine de poulets décapités à la chaîne.Au fur et à mesure de sa lecture, Dominique Modiano est stupéfaite. "C'est génial. Attention, chef-d'œuvre !" , lance-t-elle à son époux. Patrick n'est pas surpris : "Je le savais." Il pense à ces écrivains américains de l'entre-deux-guerres, édités ou découverts en France. Pourquoi pas Tristan Egolf ? Il apporte lui-même le manuscrit chez Gallimard. Christine Jordis et Serge Chauvin en font des comptes rendus dithyrambiques. Pour ce dernier, c'est "un choc extrême" . Gallimard publie le roman à l'automne 1998. Exceptionnellement, la maison en acquiert les droits mondiaux. Tristan apprend la nouvelle par un coup de fil de Marie : "Tu es assis ? C'est bon ! Reviens signer tes contrats." Le jeune auteur n'en fait pas un plat. "Il n'avait pas du tout le côté 'homme de lettres à la française' , continue Patrick Modiano. C'était un mélange de douceur et d'exubérance, de gentillesse et d'excès, de vitalité et de je-m'en-foutisme pour tout ce qui concernait le confort, une espèce de nonchalance très américaine. Dormir sur un matelas, dans un lit ou par terre, il s'en foutait complètement. Il me faisait penser à Malcolm Lowry pour sa vie toujours excessive. Il lui arrivait toujours des trucs invraisemblables. Un jour, il avait eu un accident, on est allé le chercher à l'Hôtel-Dieu. Il avait un bandage à la tête, on aurait dit Apollinaire, et je ne sais pas pourquoi tout autour de lui était devenu bizarre. C'était quelqu'un qui provoquait les atmosphères." Chez Gallimard, la magie continue. La responsable des droits étrangers, Anne-Solange Noble, fait du Seigneur des porcheries une cause personnelle et vend dans treize pays ­- même aux Etats-Unis, qui avaient boudé un de leurs génies -- les droits de traduction de ce roman intraduisible. Publié aux Etats-Unis chez Grove Atlantic, Egolf sera "kidnappé" pour ses livres suivants par le plus fameux des agents littéraires, l'Anglais Andrew Wylie, justement surnommé "le Chacal".Modiano réfléchit à voix haute. "J'essaie de trouver dans la littérature américaine un écrivain qui aurait pu créer une œuvre aussi massive entre 23 et 25 ans, et je ne trouve pas. Mailer a écrit au même âge Les Nus et les Morts, mais c'est de la plaisanterie à côté. Dans un tout autre genre, dans un style plus en épure, la seule à avoir son niveau, avec cette précocité, ce serait Carson McCullers. Ce qui m'a stupéfié en le lisant, c'est la maîtrise du style dans une forme hallucinée. Il a trouvé le classicisme dans le délire le plus total, ce qui est plus difficile que la démesure. Il a été confronté à une violence qui lui a donné cette vision apocalyptique, mais c'est un styliste. Dans l'hallucination et un certain délire, avec une force sordide et burlesque, il est très classique. Il fait partie de ces grands écrivains issus de l'Amérique profonde, comme Faulkner, McCullers, Hemingway, Fitzgerald. Pas moins."Après la publication du Seigneur des porcheries , Tristan rentre aux Etats-Unis. Il s'installe dans ce patelin qu'il déteste. Une ville sans âme, lugubre, liée à son adolescence tourmentée, à la mort de son père, à sa mère qui y vit toujours. Il est plus heureux en Europe mais il a besoin de glaner du réel américain. C'est là-bas, dans son cauchemar familier, que mijote sa vision du monde.La guerre américaine en Irak le pousse vers la politique. Il se lance dans un militantisme actif contre George W. Bush. Crée un site Internet, est inculpé pour s'être exhibé en string avec des photos des tortures d'Abou Ghraib en brûlant une effigie de Bush. Il publie aussi un deuxième roman, Jupons et violons (Gallimard, 2003). Puis s'attaque à un troisième, encore une œuvre énorme bâtie avec obsession et acharnement. Il rédige cinq ou six versions différentes. La dernière date de mars 2005. Et puis il meurt. A 33 ans. A l'image de John Kaltenbrunner, son héros christique."Le suicide des écrivains, c'est particulier , explique Patrick Modiano. A mon avis, Tristan a travaillé comme un dingue à ce dernier livre. Et le travail littéraire vous met quelquefois dans une solitude invivable." Début mars, Tristan a écrit un dernier et long mail à Marie. Pour garder le contact, donner de ses nouvelles. Il a rencontré une femme, a eu une petite fille qui a maintenant 2 ans. Il semble heureux mais évoque surtout son engagement politique. "C'était bizarre, dit Marie. Il ne me parlait plus que de politique, alors que je ne l'avais pas du tout connu comme ça. Lui qui extériorisait tout, il était devenu secret, presque trop poli, extérieur à lui-même." James et Shelly, les amis, sont encore stupéfaits. "On s'était parlé peu avant au téléphone , se souvient Shelly. Il évoquait la beauté de sa vie, la beauté de sa fille, et son désir de venir nous voir." Marion Van Renterghem